Avec qui nous chantons

Chanter, c’est toujours mieux que de ne pas le faire (Evelyne Girardon)

Des polyphonies, ça ne se chante pas tout seul (dit comme ça, c’est nigaud!).

Ça se chante avec d’autres : celle qui sont à côté de nous ou celles qui, souvent en face de nous, nous font ou nous ont fait travailler.

Et puis, comme nous sommes des insatiables, nous avons toujours cherché à en apprendre de nouvelles, nous frotter à d’autres répertoires : français, corses, occitans et d’autres encore à venir (ah! les polyphonies portugaises!). Il y a donc tous ceux-là que nous avons sollicités pour un week-end de stage. Vraiment, merci! Vous nous avez tant appris!

 

 

Laisser un commentaire